18/07/2017 : un Moro-sphinx


À la poursuite d'un Soufré, papillon que je n'ai encore jamais réussi à photographier, je suis tombé sur un Moro-sphinx (Macroglossum stellatarum), immobile, posé sur une feuille de lilas. Ah, je change de cible ! On se reverra petit Soufré, mais un de tes congénères semble plus disposé à une séance photo.

Je m'approche, je mitraille. Je m'approche encore, il ne bouge pas, trop bon, je mitraille. Toujours plus près, je ne semble pas le déranger, étrange. Mon appareil photo est à quelques millimètres de lui et il ne frémit même pas. Et si... j'approche mon index pour lui chatouiller les poils des fesses. Il reste de marbre. J'y vais un peu plus fort, et il tombe de sa feuille, à la renverse, raide mort. Rhââ, tout s'explique !

Eh bien voilà un cadavre de papillon qui va passer au microscope...


Ci-dessous une photo à l'objectif macro 30 mm du Lumix G80 :





J'abandonne complètement mon Soufré et je rentre installer la loupe binoculaire.

Petite vue de la tête au zoom 0,7X :




Ce papillon est très velu. Il y a une zone à la partie dorsale du thorax où cette pilosité se raréfie, laissant apparaître des écailles de grande taille.

Je me déplace vers le bas. L'intégralité du corps de l'insecte est recouverte de poils et d'écailles.




Au verso, toujours au zoom 0,7X, les écailles des ailes sont plus colorées. L'abdomen est recouvert de longs poils noirs et blancs, comme un balai-brosse.




La tête, vue ventrale, au zoom 2X :




On voit les yeux composés avec ses innombrables facettes. Au milieu, la trompe est enroulée. La face est recouverte de longues écailles blanches. Il y a des poils sombres autour des yeux. Une écaille plus petite, large et grisâtre est posée sur la trompe. C'est une écaille qui vient de la face dorsale du thorax et qui s'est retrouvée là en manipulant l'insecte.

C'est justement la zone que je vais aller voir. La voici ci-dessous au zoom 2,5X :




Il y a de nombreux poils, longs et avec une pointe plus claire. Au centre, ils sont moins nombreux et on peut voir qu'au dessous, il y a une couche d'écailles. Elles sont particulièrement grandes dans cette zone. Les plus grandes (au centre à droite) font plus d'1 mm de long ! Ces dernières sont plus épaisses, opaques et ont une texture réfléchissante. Les écailles plus petites (au centre à gauche) sont plus ternes et on peut voir au travers. C'est une de celles-ci qui était posée sur la trompe.
Plein centre de l'image, on voit une zone dépourvue d'écailles. Là, l'exosquelette de l'insecte devient visible. On voit qu'il est perforé par de nombreux trous réguliers qui correspondent aux points d'insertion de chaque écaille.

Je me déplace vers une patte (au zoom 2,5X). La partie proximale est recouverte de longs poils épais qui s'arrêtent au niveau du tarse. Là, ils sont remplacés par un mélange d'écailles blanches, d'épines noires et de poils fins et courts. À l'extrêmité du tarse, on voit une petite griffe falciforme.




Allons maintenant voir une antenne (au zoom 4,5X)...




L'antenne aussi est entièrement recouverte d'écailles ! Son extrêmité distale est en forme de massue. Elle se termine par une petite pointe triangulaire qui part vers l'arrière et qui se finit par 3 poils blancs. C'est probablement un organe sensoriel.

Ci-dessous, une vue au zoom 4,5X de la base de l'antenne :




Gros plan sur l'oeil composé (ci-dessous au zoom 4,5X). On voit les facettes hexagonales arrangées en alvéoles d'abeilles.




Je passe aux ailes. Ci-dessous le recto de l'aile antérieure droite, au zoom 4,5X. Les écailles sont marron-gris et se teintent en noir au niveau de la bande sombre. Elles ont toutes la même taille sauf à l'extérieur de la nervure où elles sont plus courtes.




Ci-dessous, une vue au zoom 4,5X de la partie supérieure de la face dorsale de l'abdomen. Les écailles de morphologie semblable se regroupent en bandes limitant les différents segments de l'abdomen. Certaines écailles, dont on voit ici la pointe noire dépasser entre 2 couches, sont originales. Elles sont fusiformes, plus épaisses, moins souples et s'irisent en fonction de la lumière. Là elles sont noires...




Mais plus bas elles se parent de reflets multicolores...




Une vue du verso des ailes (ci-dessous au zoom 4,5X). L'aile postérieure, à droite, est recouverte par l'aile antérieure, à gauche. La bordure extrême est constituée d'un alignement de grandes écailles triangulaires à base étroite.




Bien ! je vais maintenant passer au microscope. Je commencerai par observer ces grandes écailles que j'avais vues sur la face dorsale du thorax.
Pour cela je gratte cette zone avec une aiguille au-dessus d'une lame de verre. Voilà, il y en a plein qui sont tombées. Hop, sous l'objectif 4X :




Ici, 4 écailles géantes. La plus petite en haut mesure 1,2 mm de longueur et les 2 plus grandes (à droite et à gauche) font 1,5 mm de long. Elles sont triangulaires avec des pointes éffilées au niveau de l'extrêmité distale. À l'autre extrêmité, on voit le pédoncule d'insertion à l'exosquelette.
En bas à droite, on voit une écaille plus petite et plus ovale, avec également des pointes effilées au pôle supérieur. C'est aussi une écaille du dos du thorax, mais de taille inférieure, comme celle qui était posée sur la trompe.
Au centre et en bas, on remarque 2 petites écailles dont le pôle supérieur présente des dents plus arrondies. Ce sont des écailles des ailes.

Ci-dessous, une grande écaille à l'objectif 10X. Elle mesure 1 mm de long. On commence à voir sa structure striée. Plusieurs poils traversent le champ.




Une autre, au même grossissement. 1,2 mm de longueur.




D'autres, plus petites, 0,6 mm à gauche, 0,5 mm à droite, 0,2 mm en bas (ci-dessous). Deux écailles des ailes, que l'on reconnaît parce qu'elles sont plus étroites et moins dentées à leur pôle supérieur, sont superposées aux 2 plus grandes écailles. Une est sous celle de gauche et l'autre est sur celle de droite.




Je change maintenant de lame et je gratte au-dessus les écailles d'une aile. Les voici à l'objectif 10X :




Elles sont plus petites, moins larges. Leur pôle supérieur présente moins de dents et ces dernières sont plus arrondies. Leur surface est ondulée à la partie supérieure. En haut, une écaille est différente, plus grande, plane et sans dents. Au centre de l'image, il y a un poil. On voit que c'est sa pointe droite qui s'insère sur l'exosquelette.

Ci-dessous, une dernière vue à l'objectif 10X. Certaines écailles sont très longues, ou fusiformes. Elles proviennent du bord de l'aile.




Enfin, une vue à l'objectif 40X sur les écailles des ailes. Leur structure est bien visible, avec, comme pour les écailles du Tircis que j'avais observées, des stries longitudinales s'étendant d'un pôle à l'autre et des petites stries transversales reliant les longitudinales.




J'ai aussi observé les écailles de l'abdomen et notamment les fameuses noires qui s'irisaient à la loupe. Mais en lumière transmise ces écailles étaient trop opaques pour montrer autre chose que leur contour fuselé. Donc je n'ai pas rajouté de photo.


<<< Retour aux observations 2017