17/09/2014 : des pièces de 2 euros commémoratives


À côté des faces nationales classiques, il existe des variantes dans la série des 2 euros, destinées à célébrer ou commémorer un événement historique important. Ces pièces sont dites commémoratives. Plus rares, elles sont prisées des collectionneurs, et j'ai réussi à en rassembler quelques unes pour les observer à la loupe avant de les renvoyer à la circulation.
Ces pièces ont les mêmes caractéristiques que les autres pièces de 2 euros. Leur face commune est identique à leurs homologues, ainsi que leur tranche. Ce n'est que l'avers qui diffère.

La première pièce commémorative que j'ai trouvée est une française, émise en 2013 à l'occasion du 50ème anniversaire du Traité de l'Élysée.
En effet, le 22 janvier 1963 au palais de l'Élysée, le président français Charles de Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer signaient un traité de coopération destiné à sceller la réconciliation entre la France et la République Fédérale d’Allemagne.
On retrouve donc sur cette pièce les effigies du général de Gaulle à gauche et du chancellier Adenauer à droite. Entre les 2 visages, on lit l'inscription 50 ANS JAHRE (jahre = ans en allemand) et le millésime 2013. Au dessus des chefs d'état, on lit l'inscription en français TRAITÉ DE L’ÉLYSÉE, et en dessous sa traduction allemande ÉLYSÉE-VERTRAG.
Sous l'effigie de de Gaulle on retrouve la signature de ce dernier et le différent de la Monnaie de Paris, la corne d'abondance. Sont visibles sous la tête d'Adenauer, sa signature, la mention du pays émetteur RF (pour République française), et un petit pentagone, différent du responsable de l’Atelier de Gravure de la Monnaie de Paris à compter de 2011, Yves Sampo. Ce pentagone contient normalement les lettres majuscules "YS" imbriquées avec les minuscules "agmp" (pour Yves Sampo et Atelier de Gravure de la Monnaie de Paris). Mais ça n'est plus lisible ici.
Tout autour, dans l'anneau externe, on retrouve la disposition habituelle des 12 étoiles du drapeau européen.
Cette pièce a été émise à 10 millions d'exemplaires.




Le général de Gaulle est encore à l'honneur sur cette pièce commérative française, émise en 2010 à l'occasion du 70ème anniversaire de l'Appel du 18 Juin 1940.
C'est la reproduction d'une photographie historique où l'on voit de Gaulle, en uniforme militaire, devant un micro de radio de l'époque, en train de lire son fameux appel à la résistance contre l'Allemagne nazie, lancé depuis Londres sur les ondes de la BBC.
À côté du buste du général, on lit les inscriptions 70 ANS et APPEL 18 JUIN. L'indication du pays RF est insérée sur le discours. Tout en haut, on retrouve le millésime 2010 entouré de 2 différents. À gauche, la corne d'abondance de la Monnaie de Paris. Et à droite, une marque que je n'avais encore jamais rencontrée, un petit cor de chasse avec 2 vagues et une ébauche de poisson. C'est le différent de Hubert Larivière, chef du Service de la gravure à partir de 2004. La symbolique de ce différent renvoie au nom de son auteur, Saint-Hubert étant le patron de la chasse, les vagues et l'ébauche de poisson faisant référence à son nom de famille.
L'anneau externe de la pièce comporte comme toujours, les 12 étoiles du drapeau européen.
Cette pièce a été émise à 20 millions d'exemplaires.




Voici encore une autre pièce commémorative française, sur un thème plus léger, la célébration en 2011 du 30ème anniversaire de la création de la Fête de la musique. Cette fête populaire est célébrée chaque année le 21 juin, initialement en France et maintenant partout dans le monde.
Dans la partie haute, on lit l'inscription "30e ANNIVERSAIRE" le long de la bordure interne, et en dessous "Fête de la MUSIQUE 21 JUIN". Juste en dessous, on retrouve le millésime "2011" encadré par les différents de la Monnaie de Paris et d'Yves Sampo, comme sur la pièce du traité de l'Élysée.
La partie basse représente une foule joyeuse. Elle renferme les lettres "RF", indiquant le pays d'origine de la pièce. Une personne sur la droite brandit un saxophone. Plusieurs symboles, musicaux ou pas, flottent au dessus de la foule pour rendre une atmosphère festive et musicale.
Les 12 étoiles du drapeau européen figurent comme d'habitude dans l'anneau externe.
Pièce émise à 10 millions d'exemplaires.




Beaucoup plus sobre, cette autre pièce commémorative française célèbre la présidence française du Conseil de l'Union européenne au 2ème semestre 2008.
Le Conseil de l'Union européenne est l'une des principales institutions de l'Union européenne. Il est en charge du pouvoir exécutif et décide des actes législatifs et budgétaires au sein de l'Union européenne. Sa présidence est tournante et du 1er juillet au 31 décembre 2008, c'est la France qui assurera ce rôle sous la responsabilité de Bernard Kouchner, alors Ministre des Affaires étrangères et européennes.
La France prend ainsi le relais de la Slovénie (présidence de janvier à juin 2008), et sera suivie par la présidence de la République tchèque (de janvier 2009 à juin 2009).
C'est la 12ème fois que la France assure cette présidence, sa précédente présidence ayant eu lieu au 2ème semestre 2000.
L'observation à la loupe sera rapide puisque le motif de la pièce se résume à l'inscription "2008 PRÉSIDENCE FRANÇAISE UNION EUROPÉENNE" et l'acronyme du pays émetteur "RF". Deux différents sont visibles tout en bas : la corne d'abondance de la Monnaie de Paris et le cor de chasse de Hubert Larivière (voir pièce Appel du 18 juin).
L'anneau externe de la pièce comporte les 12 étoiles du drapeau européen.
Pièce émise à 20 millions d'exemplaires.




En 2007, à l'occasion du 50ème anniversaire du traité de Rome, qui signa à Rome le 25 mars 1957 l'acte de naissance symbolique de l'Union européenne, 13 pièces commémoratives de 2 euros ont été émises conjointement par tous les pays de l'Union européenne utilisant l'euro à cette époque.

J'ai d'abord trouvé un exemplaire espagnol. On y voit un livre ouvert avec un marque-page qui dépasse. Il représente le traité de Rome. En arrière-plan, on voit la représentation du sol de la place du Capitole à Rome, déjà observée sur les pièces italiennes de 50 centimes d'euros. En effet, c'est au Capitole que le traité fut signé en 1957.
En haut, on trouve la mention "TRATADO DE ROMA 50 AÑOS" inscrite en arc de cercle, et au-dessus du traité, le mot "EUROPA".
En bas, on lit l'inscription "ESPAÑA", surmontée du millésime "2007". Sur la droite, on note le petit M couronné de l'atelier monétaire de Madrid.
Tout autour, les douze étoiles de la Communauté européenne sont plus petites que sur les séries précédentes mais s'organisent de la même manière.
Cette pièce a été émise à 8 millions d'exemplaires.




Ensuite j'ai trouvé la version française de cette pièce commémorative. Le dessin reste le même. Seule la légende diffère, par ses inscriptions traduites en français : "TRAITÉ DE ROME 50 ANS", "EUROPE" et "RÉPUBLIQUE FRANÇAISE".
Les 2 différents visibles sont la corne d'abondance de la Monnaie de Paris et le cor de chasse de Hubert Larivière, déjà rencontrés.
Pièce émise à 9,4 millions d'exemplaires.




Une nouvelle série commune aux pays de l'Union européenne est sortie en 2009, à l'occasion du 10ème anniversaire de l'Union économique et monétaire. 16 pièces commémoratives seront ainsi émises.

Sur la version allemande, on voit au centre un petit bonhomme en pictogramme, relié au symbole de l'euro, à l'intérieur d'un cercle tracé à main levée. D'après l'explication officielle, ce dessin traduit l’idée selon laquelle la monnaie unique et, par extension, l’Union économique et monétaire sont l’aboutissement de la longue histoire des échanges commerciaux et de l’intégration économique en Europe. J'étais loin d'imaginer tout ça...
En haut, en arc de cercle, l'inscription "BUNDESREPUBLIK DEUTSCHLAND" signifie Rébublique Fédérale d'Allemagne.
En bas, on lit "WWU 1999-2009", les 3 lettres étant les initiales de la traduction allemande de "Union Économique et Monétaire".
Sur la droite, un petit "G" correspond à la marque de l'atelier monétaire de Karlsruhe.
Le dessin de cette pièce est l'oeuvre de Georgios Stamatopoulos, graveur à l’hôtel des monnaies de la Banque de Grèce, comme en témoigne sa signature "ΓΣ", visible sous le symbole €. J'avais déjà vu cette marque lors de l'observation de la pièce grecque de 2 €.
Tout autour les 12 étoiles se disposent habituellement.
Cette pièce a été émise à 30 millions d'exemplaires.




La version espagnole reprend exactement le même dessin. Seules les inscriptions diffèrent pour s'adapter au pays. C'est donc logiquement qu'on retrouve l'inscription "ESPAÑA" en haut, et UEM (pour "Unión Económica y Monetaria") en bas.
Le M couronné de l'atelier monétaire de Madrid se trouve près de l'étoile à 10h.
Pièce émise à 8 millions d'exemplaires.




La version française se décline à l'identique avec "RÉPUBLIQUE FRANÇAISE" en haut et UEM, les initiales de "Union économique et monétaire", en bas.
Deux différents ont visibles, la corne d'abondance de la Monnaie de Paris et le cor de chasse de Hubert Larivière.
Pièce émise à 10 millions d'exemplaires.




En janvier 2012, les pays membres de la zone euro ont émis une 3ème pièce commune pour commémorer le 10ème anniversaire de la mise en circulation de l'euro.

Sur cet exemplaire belge, on peut observer un dessin assez élaboré que j'ai pris plaisir à détailler. Au centre, le symbole "€" vient se superposer à une représentation de la Terre, matérialisant la place acquise en 10 ans par l’euro, qui est désormais un acteur mondial à part entière. Tout autour de la planète, les différents protagonistes économiques de l'euro se succèdent et sont représentés par plusieurs symboles. En haut, il y a 3 maisons avec quelques arbres en arrière-plan symbolisant les villes. Sur la droite, une famille de 4 personnes incarne les citoyens européens. En bas, on voit un bateau sur les flots matérialisant le secteur du commerce. Ensuite, au niveau de l'étoile à 8h, on voit des gratte-ciels avec un petit symbole "€" qui figurent le siège de la Banque Centrale Européenne et vient symboliser le monde financier. À 9h, deux éoliennes indiquent le secteur de l'énergie et du développement. Enfin, le secteur de l'industrie est représenté par l'usine, en haut à gauche.
Ce dessin est l’œuvre d'Helmut Andexlinger, graphiste à la Monnaie autrichienne. Ses initiales "A.H." sont présentes sous le dessin de la BCE.
Le nom du pays émetteur est inscrit dans la langue nationale en haut de la pièce. En l'occurrence, on peut lire "BE" pour la Belgique, avec les 2 poinçons de part et d'autre (la plume d'oie et la tête casquée) déjà rencontrés plus haut.
À l'opposé, on retrouve les dates anniversaires "2002-2012" et juste au-dessus on peut compter une douzaine de petits cercles dont je n'ai pas réussi à trouver la signification.
L'anneau externe de la pièce contient sans originalité les 12 étoiles du drapeau européen.
Cette pièce a été émise à 5 millions d'exemplaires.




La version française est identique à l'exception du nom du pays et des poinçons. On peut ainsi lire "RÉPUBLIQUE FRANÇAISE" en haut de la pièce. La corne d'abondance est tout contre l'étoile à 3h, et le pentagone d'Yves Sampo juste à droite du millésime.
On voit bien la différence d'usure par rapport à la précédente photo.
Pièce émise à 10 millions d'exemplaires.




À partir de 2006, l'Allemagne a commencé une série de 16 pièces commémoratives sur ses Länder. En effet, ce pays est un état fédéral composé de 16 Länder, l'équivalent de nos régions. Ainsi chaque pièce rendra successivement hommage à un Land.

La pièce ci-dessous est la 2ème de cette série. Sortie en février 2007 elle commémore le Land de Mecklembourg-Poméranie occidentale (Mecklenburg-Vorpommern en allemand) situé à l’extrême Nord-Est du pays.
Au centre de la pièce, on observe une représentation du château de Schwerin, capitale du Land. Bâti sur une île, ce magnifique château médiéval est actuellement le siège du parlement de ce Land. Sous la gravure du château, apparaît le nom du Land "MECKLENBURG-VORPOMMERN", et en-dessous de ce dernier les initiales "HH" du graveur, Heinz Hoyer. La lettre d'identification de l'atelier, "F" (pour l'atelier de Stuttgart) est visible au-dessus du clocheton central. Je n'avais encore jamais observé de pièce allemande avec cette lettre.
L'anneau externe est très inhabituel. Les 12 étoiles ne se disposent que dans la moitié supérieure et sont interrompues au milieu par le millésime "2007". La seconde moitié de l'anneau indique le nom du pays émetteur, à savoir "BUNDESREPUBLIK DEUTSCHLAND" pour Rébublique Fédérale d'Allemagne.
Cette pièce a été émise à 30 millions d'exemplaires.




J'ai ensuite trouvé la 5ème émission de la série des 16 Länder allemands. Sortie en janvier 2010, cette pièce met à l'honneur le Land de Brême (Bremen en allemand), qui est le plus petit des 16 Länder et se compose simplement de 2 villes, Brême et Bremerhaven, enclavées dans le land de Basse-Saxe et séparées d'une soixantaine de kilomètres l’une de l’autre.
La partie interne de la pièce représente l'hôtel de ville de Brême et en avant-plan la statue de Roland qui siège sur la place du marché. Roland, chevalier franc du VIIIe siècle était considéré comme le protecteur de la ville. Ces 2 monuments sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2004.
Le nom du Land "BREMEN" s'inscrit sous la façade de l'hôtel de ville. Sous le socle de la statue, on lit 2 B majuscules qui se font face et correspondent aux initiales de l'artiste graveur Bodo Broschat. La marque d'atelier, le F de Stuttgart, se trouve juste à gauche de l'épée de Roland, Durandal.
L'anneau externe comporte les 12 étoiles de l’Union européenne. Dans sa partie inférieure, le millésime 2010 est coupé en 2 par l'étoile à 6h. La lettre D, désignant le nom du pays émetteur, s'inscrit entre les étoiles de 12h et 1h.
Pièce émise à 30 millions d'exemplaires.




Et voici la dernière pièce de cette mini-collection ! C'est une commémorative belge, même si j'ai cru au premier coup d'oeil que l'Angleterre était passée à l'euro...
Sortie en 2012, cette pièce met à l'honneur le 75ème anniversaire du concours musical international Reine-Élisabeth-de-Belgique, un des plus prestigieux concours de musique classique (violon, piano et chant). Il fut créé en 1937 par la Reine Élisabeth de Belgique.
Au centre de la pièce figure un double E couronné, l’emblème du concours musical, superposé sur le profil gauche de la souveraine. Juste en dessous, on lit l’inscription en demi-cercle "QUEEN ELISABETH COMPETITION" (concours Reine Élisabeth) partiellement effacée par l'usure. À l'extrémité gauche de cette inscription, se trouve la plume d'oie du commissaire des monnaies Serge Lesens, et à l'extrémité droite la marque de l'atelier monétaire de Bruxelles, la tête casquée de l’archange St-Michel. Les dates anniversaires "1937 - 2012" marquant les 75 ans du concours sont inscrites le long du bord supérieur. Les lettres "BE" à droite de l’effigie indiquent le pays d’émission, la Belgique.
Les 12 étoiles de l’Union européenne sont représentées dans l’anneau extérieur.
Pièce émise à 5 millions d'exemplaires.




Voilà, je vais arrêter ici la série des pièces. Ce n'est pas que ça ne m'amuse plus, mais faire des mosaïques est assez fastidieux et j'ai envie de changer de registre...


<<< Retour aux observations 2014