22/10/2013 : une boucle d'oreille

Aujourd'hui, j'ai voulu observer un bijou. Je suis donc allé piocher dans le coffret de mon épouse. J'y ai trouvé des boucles d'oreille avec un petit motif qui avait l'air d'être intéressant à détailler. Dans la boîte, une étiquette indiquait "boucles d'oreille céramique - or 375 millièmes - diamant".
Je ferai cette observation uniquement à la loupe en lumière incidente, l'objet étant épais.




Au grossissement le plus faible (zoom 0,7X), le champ englobe la boucle en entier. Elle se compose de 4 parties : la tige, le fermoir la boucle et le motif.




La tige est donc en or 375 ‰. Vu sa couleur, il s'agit manifestement d'or blanc et sur sa tranche on voit 2 poinçons : un logo entouré d'un ovale et le chiffre 375. Ci-dessous, une photo au zoom 4x :




C'est l'occasion de s'instruire un peu… Un petit tour sur internet m'apprend qu'en France, tous les bijoux en métal précieux doivent être poinçonnés pour garantir leur authenticité. Deux poinçons sont obligatoires : le poinçon de responsabilité et le poinçon de garantie.
Le poinçon de responsabilité est la signature du fabricant (poinçon de maître) ou de l'importateur (poinçon d'importateur). Il comporte un motif au centre (choisi par le fabricant ou l'importateur) et ses initiales de chaque coté. Cette marque est entourée d'une forme géométrique : par exemple un losange s'il s'agit d'un ouvrage de fabrication nationale (poinçon de maître), ou comme ici un ovale, indiquant que le bijou a été importé (poinçon d'importateur).
Le poinçon de garantie de l'État (ou poinçon de titre) quant à lui, garantit le pourcentage de métal précieux entrant dans la composition du bijou. Il prend la forme d'un chiffre (750 ou 375 selon son titrage) ou d'un logo dans le cas où le bijou en or pèse plus de 3 g (une tête d'aigle s'il s'agit d'or 750 ‰, un trèfle pour l'or titrant 375 ‰, etc).
Mais à quoi correspond précisément ce titre ? Une page web en amenant une autre, j'apprends que l'or est le plus ductile de tous les métaux connus. Il donc mou à l'état naturel. Pour accroître sa dureté, il sera utilisé sous forme d'alliage, c'est à dire associé à d'autres métaux, comme l'argent ou le cuivre. Un titrage à 750 ‰ (ancienne appellation 18 carats) contient 75 % d'or. Un titrage à 1000 ‰ (anciennement 24 carats) correspond à de l'or pur. Par ailleurs, la nature de l'alliage utilisé va faire varier la couleur de l'or. L'or prendra par exemple une couleur rose plus prononcée si la proportion de cuivre qu'il contient est plus riche.
Dans le cas présent, il s'agit d'or blanc 375 ‰ (anciennement dénommé 9 carats) qui contient par conséquent 37,5 % d'or. Les 62,5 % restants se composent d'argent et de palladium. Le tout est recouvert d'une fine couche de rhodium, un métal rare qui va lui donner plus d'éclat, augmenter sa résistance aux rayures et le rendre inoxydable.

Le fermoir, coulé dans le même alliage, montre lui aussi le poinçon de titre "375". Ci-dessous une vue au zoom 2X :




J'observe ensuite la partie en céramique.
Je lis sur internet que la céramique est un matériau issu de la cuisson de terre argileuse, actuellement à la mode en joaillerie. Ça explique pourquoi mon épouse les enlève toujours pour se doucher. Il faut les garder au sec !
Visuellement, pas grand chose à observer, si ce n'est qu'on retrouve encore un autre poinçon gravé sur la partie interne de la boucle. Ça ressemble à un poinçon de fabricant, mais il n'a pas les mêmes critères que pour les métaux précieux. J'imagine que les normes pour la céramique répondent encore à d'autres exigences. Une vue au zoom 3X :




Ça fait quand même beaucoup de poinçons pour un si petit bijou !

Je termine sur le motif. Il est enchâssé dans la partie céramique qu'il traverse. Il est fait en or blanc et est serti de 2 diamants. Ci-dessous une vue au zoom 1,5X :




Vu de face au zoom 2X, l'or dessine dessine un motif avec des petites croix et des ronds disposés en cercle, alternant avec les diamants.




Le zoom 4X, détaille bien le diamant avec sa face supérieure octogonale, fixé par 6 petits ergots en or.




Voilà, c'était une observation intéressante. Pas évidente à photographier, entre surexpositions et zones d'ombres. J'ai appris pas mal de choses sur les alliages de l'or et sur les poinçons. Je ne manquerai pas d'observer d'autres bijoux !


<<< Retour aux observations 2013